Réunion du 12 Mai au Ministère de la Santé

Une délégation a été reçue ce jour au Ministère de la Santé
Si ce dernier assure de sa considération pour la profession, il met en avant que la situation actuelle est très complexe, et suspendue aux conséquences de la Grande Conférence de Santé de Février dernier.
Il est affirmé que la profession, dans ses demandes et ses revendications, va dans la bonne direction. Toutefois, les calendriers actuels sont profondément remaniés et les perspectives d’avancées demeurent très floues.
Nos interlocuteurs ont été dans l’incapacité de justifier le maintien de la suspension de la réingenierie des psychomotriciens. Les quelques arguments qui ont été avancés ont été systématiquement contrecarrés par la délégation.
Au final, il ressort de cet entretien que les 3 demandes des psychomotriciens, à savoir :
– Reprise des travaux de réingenierie
– Traitement égalitaire des professions de rééducation
– Nécessite d’avoir un dialogue avec les décisionnaires
vont être relayées au niveau du cabinet de la Ministre, mais sans plus de détails, ni de délai, ni même de garanties de réponses.

En conclusion, la teneur de cette réunion, même si elle fut cordiale, confirme la volonté du Ministère de maintenir, dans l’immédiat, un statu quo quant à l’avenir de la profession.
Le caractère inadmissible de la situation a été maintes fois rappelé, ainsi que la souffrance de la profession vis à vis de ce manque de considération et de reconnaissance.

La mobilisation ne doit donc pas faiblir, nous devons rester unis et solidaires face à cette attitude incompréhensible et inacceptable. C’est une chose que de reconnaitre que la profession a des demandes légitimes, c’en est une autre que d’y répondre. Tant que nous n’ aurons pas de réponses à ces demandes, nous continuerons de nous battre pour l’avenir de notre profession !

La délégation

Publicités

RENDEZ VOUS POSITIF, A SUIVRE…

La délégation a été reçu par MM. Lemoine et Paul de l’Enseignement Supérieur et la Recherche

D’abord plutôt froide au départ, la discussion s’est finalement tenue dans une atmosphère d’écoute et d’intérêt de la part de nos interlocuteurs au fur et à mesure de nos échanges

Ce fut l’occasion pour la délégation de réaffirmer l’engagement des psychomotriciens ainsi que leur volonté de voir la réingénierie de la profession reprise et leur souhait d’obtenir un allongement des études en 5 ans assorti du Grade Master

MM. Lemoine et Paul se sont particulièrement intéressés à la situation actuelle de la formation, à son organisation, son homogénéité et à la façon dont l’on pouvait actuellement intégrer ce cursus. Plusieurs points ont été plus particulièrement approfondis, notamment le lien avec l’Université et la valeur du diplôme obtenu au terme de la formation.

La question de la recherche en psychomotricité a également fait l’objet d’un échange au cours duquel la délégation a argumenté sur le fait qu’elle était absolument nécessaire d’une part, qu’il était indispensable qu’elle soit portée par les psychomotriciens eux même d’autre part, et enfin qu’elle correspond à un besoin, actuel et en développement, de la population. Elle a également réaffirmé son modèle de sélection en fin de première année proposé lors des dernières entrevues. Sur l’ensemble de ces propositions, MM. Lemoine et Paul ont tout à fait convenu du fait qu’elles étaient raisonnables et appropriées.

Cette discussion d’une heure s’est conclue sur le fait que MM. Lemoine et Paul ne s’opposaient ni à la reprise de la réingénierie, ni au principe d’allongement des études, ni à l’ouverture d’une discussion de fond sur la pertinence de l’obtention d’un grade Master pour les psychomotriciens. Toutefois, ils rappellent bien que ces décisions restent suspendues à l’accord du Ministère de la Santé.

Il est finalement convenu que l’Enseignement Supérieur doit se rapprocher rapidement du cabinet de Marisol Touraine afin de pouvoir réexaminer la situation et mettre en place le dispositif qui permettra de reprendre et finaliser le référentiel de formation, et par extension de clôturer la réingénierie des psychomotriciens avant 2017.

La vigilance reste donc de mise. Et la mobilisation ne doit pas faiblir !

La délégation

En attendant le 29 janvier…

Chers collègues,

Le « JeDisPsychomot » de la semaine a montré un regain de mobilisation qu’il faut poursuivre !

Nous devons d’autant plus rester mobilisés que le Ministère de la Santé sera absent au prochain rendez vous du 29 Janvier !
Visiblement, Mme Touraine se montre toujours aussi peu intéressée par notre profession et par les milliers de patients que nous soignons chaque jour !

Il semble bien que le gouvernement compte sur une démobilisation de notre part pour nous imposer des choix qui n’iront probablement pas dans le sens du développement des soins psychomoteurs…
A nous de montrer que nous ne nous laisserons pas dicter les décisions qui nous concernent !
L’avenir du métier ne se décidera pas sans les psychomotriciens !!!

Plus que jamais, #JeDisPsychomot doit se poursuivre, la pression doit être maintenue, et plus particulièrement sur le Ministère de la Santé !

A vos mails, téléphones et tweets ce jeudi !
Défendons tous ensemble notre profession !!!

La délégation

 

Rendez vous le 29 Janvier

Chers collègues,

Votre mobilisation commence à porter ses fruits ! Un premier rendez vous est prévu le vendredi 29 Janvier prochain avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et la Recherche (MESR). Pour l’heure nous ne savons pas encore si le Ministère de la Santé sera présent.

C’est une première étape, mais pas encore une avancée… N’oublions pas que notre dernière entrevue avec les services de M. Mandon (du MESR) s’est soldée par un refus de reprendre la réingenierie alors que le Ministère de la Santé avait annoncé quelques mois avant y être favorable…

C’est donc avec de la prudence, mais aussi beaucoup de méfiance, qu’il faut accueillir cette nouvelle… Cela fait maintenant beaucoup trop longtemps que la situation est bloquée !
Il nous faut impérativement rester vigilants et mobilisés !!!!

Indéniablement, l’opération #JeDisPsychomot a permis de montrer notre détermination. Nous ne devons pas faiblir ! Il faut absolument poursuivre ce mouvement, maintenir une certaine forme de pression, car à ce jour, à part une date et une heure de rendez-vous, nous n’avons encore rien obtenu !

C’est pourquoi il est indispensable que nous continuions de transformer chaque jeudi en un jour d’expression de la profession !
Ne laissons aucun doute, montrons que le temps de l’attente et des délais est révolu : nous voulons que cela avance, et MAINTENANT !
Nous ne pouvons pas rester plus longtemps tenus à l’écart des évolutions du système de santé en France…

Aussi, demain, #JeDisPsychomot doit reprendre, s’amplifier, non pas pour dire merci de nous recevoir, mais pour bien faire comprendre que nous sommes prêts, depuis longtemps déjà, et que nous sommes toujours autant déterminés à ce que les psychomotriciens se voient enfin reconnus à la hauteur de leur valeur et de la qualité de leur travail quotidien au service de nos concitoyens.

Le point d’orgue de cette mobilisation sera donc le jeudi 28 janvier, veille du rendez vous. La suite des actions à mener dépendra des résultats de ce prochain rendez-vous.

En attendant, il s’agit pour nous tous de faire passer le message haut et clair :
les psychomotriciens sont mobilisés, déterminés et ils ne se contenteront pas de demi mesure : des actes, des décisions, 5 années d’études et le grade Master !

La délégation