Historique

Fin 2008 : Ouverture des travaux de réingénierie pour les métiers de santé, dont les psychomotriciens. Il s’agit de constituer les 3 référentiels qui définiront l’exercice de la profession pour les années à venir : activité, compétence et formation

de 2009 à 2011 : Le groupe de travail élabore les référentiels d’activité et de compétence pour la profession. Ces travaux ont permis définir les domaines théoriques à renforcer, de confirmer la prise en compte des nouveaux champs et pratiques, des nouvelles conditions d’exercice du métier et de la complexité des situations à traiter. Les référentiels d’activité et de compétences sont validés en 2011

Concernant la durée d’étude, l’engagement initial était de travailler à statut constant, c’est-à-dire à maintenir un niveau d’étude équivalent pour toutes les professions paramédicales comme c’est le cas depuis de nombreuses années. Cet engagement a été rompu puisque les ergothérapeutes ont obtenu à l’issue de la réingénierie un grade Licence (Bac +3) tout comme les infirmières ; et que les orthophonistes ont obtenu un grade Master (Bac +5), et qu’il est proposé aux kinésithérapeutes un format d’étude en 1+4 ans qui ne confère à ce jour aucun grade.

Les psychomotriciens travaillent donc à une refonte du format de la formation initiale. Ils aboutissent à la conclusion qu’il est nécessaire d’allonger la durée des études. En réponse, les Ministères suspendent en juillet 2011 leur participation aux groupes de travail, ce qui n’empêche pas les organisations représentatives des psychomotriciens de poursuivre leurs travaux.

En 2012, les candidats à l’élection présidentielle sont interpellés sur ce blocage. Mr François Hollande s’engage alors à faire évoluer la situation.

En 2013, la situation n’a pas évolué malgré les engagements du président Hollande et les relances effectuées par les réprésentants de la profession. La position défendue par les psychomotriciens fait pourtant l’unanimité. Une nouvelle déclaration effectuée en Février 2013 puis en Juillet 2013 au Haut Conseil des Profession Paramédical le prouve.

2014. Les Ministères continuent d’ignorer les psychomotriciens et maintiennent la suspension des travaux de réingénierie pour la profession. Devant cet immobilisme, les psychomotriciens interpellent à nouveau les pouvoirs publics au HCPP et les organisations représentatives des étudiants et professionnels psychomotriciens appellent à une journée nationale de manifestation qui sera un grand succès puisque nous serons plus de 3000 personnes à Paris ce 5 Décembre 2014.

2015. Cette mobilisation sans précédent des psychomotriciens porte ses fruits puisque une délégation est reçu le 26 Janvier par le Ministère de la santé. Le contenu de cette réunion est plutôt positif et laisse envisager une réouverture prochaine des travaux de réingénierie. Elle sera suivie d’une autre réunion avec le secrétariat d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche

Malheureusement, cette reprise de contact avec les ministères sera sans conséquences. Il aura fallu plusieurs relances de la part de la délégation pour être de nouveau reçue le 3 juin. Mais il apparaît alors que les Ministères font une volte face complète et maintiennent la suspension des travaux de réingénierie. Cette décision, incompréhensible, ne va faire que renforcer le ressentiment de la profession.

La délégation a ensuite été reçue par Mme Tagliana, conseillère santé auprès du Premier Ministre, pour lui exposer la situation et faire part de son incompréhension face à ce refus du gouvernement de permettre aux psychomotriciens de faire évoluer leur métier.

Nous sommes maintenant au dernier trimestre 2015, et toujours aucune réponse des Ministères, pas d’avancée pour la profession, aucune reprise des travaux de réingénierie…… La délégation a donc interpellé directement le chef de l’Etat et appelle à nouveau tous les étudiants et professionnels psychomotricien à se mobiliser pour l’avenir de leur métier !

Publicités